Une overdose de banalités dans nos fils d’actualité

By Jean-Luc HOZÉ

septembre 9, 2021


Et de trois !

Comme chaque jour ou presque, je viens de voir dans mon fil d’actualité LinkedIn le troisième post « Manager vs Leader » !

365 jours par an, 3 fois par jour …

C’est plus de mille fois par an que je lis les mêmes banalités, souvent illustrées par les trois ou quatre mêmes schémas !

Je n’en peux plus ! 

Pourtant le sujet m’intéresse au plus haut point, pour mes clients dont j’aimerais qu’ils soient ou qu’ils deviennent tous des leaders, pour les consultants que je forme aussi.

Parce que quand on est consultant, on a souvent pour mission de faire agir des personnes, un groupe, une organisation. Quel que soit l’intitulé réel et l’objectif de la mission, fondamentalement, une fois passées les étapes de diagnostic et de définition du plan d’action, notre rôle est de faire en sorte que ces actions, ces préconisations, soient effectivement mises en œuvre.

Et à ce moment-là, on mesure parfois l’ampleur de notre impuissance !      

On n'a pas de pouvoir, pas de moyens de pression ou d’incitation … alors nos demandes sont systématiquement mises à l’épreuve de l’urgence, de la gestion des priorités, voire des intérêts personnels ou locaux pas toujours convergents … et de cette épreuve, elles ne sortent pas toujours gagnantes !

C’est là que le leadership s’impose !

Pour la capacité qu’il nous donne d’entraîner plutôt que d’imposer.                                         

Alors manager ou leader, pour nous la question ne se pose pas mais la réponse, elle, elle s’impose !

La réponse s'impose et elle ne se limite pas aux quelques banalités qu’on a l’habitude de lire.

Il ne suffit pas, bien sûr de s’intéresser aux autres, de les rendre autonomes et de s’efforcer de les faire grandir pour avoir véritablement la capacité à les mettre en mouvement et à les entraîner dans la direction que l’on attend. Ces quelques caractéristiques et la plupart des autres qu’on lit très fréquemment, on les retrouve aussi bien chez les leaders inspirants que chez les losers bienveillants.

Toute la différence est dans ce mot que j’ai accolé à celui de « leader » : INSPIRANT !

La véritable clé est là. Au-delà des attitudes et des comportements qu’on peut choisir d’adopter, on n’acquiert un véritable leadership qu’en acquérant la capacité à inspirer.

Parce qu’inspirer c’est beaucoup plus puissant que motiver.

On est motivé vis-à-vis d’un objectif précis que, individuellement ou collectivement, ou voudra atteindre. On se saisit de cet objectif … mais hélas, on s’en saisit comme on se saisit d’autres objectifs.

Et jour après jour la question des priorités se pose, et les actions de progrès, le plus souvent les nôtres, gagnent rarement face aux urgences et aux contraintes opérationnelles du quotidien.

Et petit à petit la motivation se change en frustration et en résignation.

A l’inverse, l’inspiration vient d’un idéal dont on voudrait, individuellement ou collectivement, se rapprocher.

Alors que la motivation est ancrée dans le rationnel, dans les bénéfices et les avantages concrets que l’on tirera de l’atteinte de l’objectif, l’inspiration, elle, relève de l’émotionnel. Et, de ce fait, inconsciemment, elle se révèle beaucoup plus puissante dans les prises de décision, dans tous les arbitrages que l’on fait parfois même sans s’en rendre compte.

“La motivation, c’est quand on s’empare d’une idée et qu’on la mène jusqu’à sa conclusion, et l’inspiration, c’est quand une idée s’empare de vous et vous transporte là où vous avez l’intention d’aller.”

Dr Wayne Dyer


Comme on peut s’en douter, beaucoup ont cherché les clés de cette capacité à inspirer. L’un des modèles qui me semble à la fois le plus complet et le plus pragmatique est celui de Bain & Company.

Ils recensent 33 critères, 33 traits de comportements qui caractérisent le leader inspirant.


Alors, bien sûr, on y retrouve les « tartes à la crème » dont je parlais tout à l’heure, mais on constate, comme je le disais, qu’ils ne suffisent pas.

Loin de là !

Schématiquement, il y a dans ces 33 critères, trois grandes tendances : l’attention aux autres, l’intelligence émotionnelle … et surtout le fait d’être inspiré pour pouvoir être inspirant !


Je vous laisse les découvrir, ces 33 critères

Je vous laisse les découvrir et, surtout, je vous laisse vous demander comment vous vous positionnez vis-à-vis de chacun d’entre eux.

Et si vous êtes joueur, si ce concept de leader inspirant vous inspire vraiment … vous pourriez demander à quelques personnes de votre entourage de vous faire leur feedback vis-à-vis de ces 33 critères !

Et on en reparle bientôt parce qu'au delà du constat, ce qu'il faudrait c'est savoir comment progresser !

>