décembre 8

Se libérer des croyances limitantes

Se libérer des croyances limitantes

By Jean-Luc HOZÉ

décembre 8, 2020

Boîte à outils

“Je ne vais y arriver” – “Je vais laisser faire quelqu’un d’autre, il est meilleur que moi” –
“C’est comme ça, tant pis”, etc. 😞

Ces petites phrases qui hantent notre esprit, ces pensées souvent si bien installées qu’elles nous empêchent d’avancer, et même d’essayer.… Cela vous parle ? Oui, ce sont elles, les fameuses croyances limitantes qui peuvent nous limiter, comme leur nom l’indique, et même aller jusqu’à nous pourrir la vie ! Et elles peuvent être coriaces ! 

Ça vous dit de vous en débarrasser ? 👌

Il y a deux façons de se libérer d’une croyance limitante.

Le traitement à la source

On peut revenir à la source de cette croyance en essayant, d’abord, de comprendre comment elle s’est installée dans notre cerveau, par quelle répétition d’expériences vécues ou de messages reçus. Puis, il faudra mesurer toutes les différences qui existent entre la situation à venir qu’on se sent incapable d’affronter et les situations passées. 

Cette façon de faire est efficace, parce qu’elle consiste à s’attaquer à la cause de la croyance limitante. Mais elle n’est pas toujours facile à mettre en œuvre … voire même, elle peut renforcer la croyance si on ne parvient pas à identifier suffisamment de différences.

Le contournement du symptôme

On peut aussi « jouer » avec notre cerveau, avec une des caractéristiques de son fonctionnement qui permet de le « tromper ». 

Les croyances limitantes sont un mécanisme inconscient que le cerveau met en œuvre pour nous protéger. Il suffit alors de lui envoyer suffisamment de signaux « rassurants » pour le convaincre que la situation est sous contrôle et qu’il peut baisser la garde. Et pour le cerveau, il n’y a guère de différence entre une situation parfaitement maîtrisée et une situation en passe de l’être parce que des actions sont engagées pour progresser.

Quand on sait cela, on comprend qu’on peut contourner les protections mises en place par le cerveau, par exemple de la façon suivante :

  • Imaginez la personne ou la situation parfaite pour mettre en œuvre et réussir ce fameux projet sur lequel vous n’arrivez pas à avancer. Vous la voyez ? Parfait !
  • Maintenant que vous la voyez, essayez de lister les trois caractéristiques principales qui, selon vous, lui donnent toutes les chances de réussite ?
  • Pour finir, pour chacune de ces caractéristiques, identifiez la plus petite action concrète que vous pourriez vous engager à mettre en œuvre, là, dès demain, pour vous en rapprocher.

Vous y êtes ? Vous vous êtes vraiment engagé à mettre en œuvre ces actions concrètes ?

Alors, il ne vous reste plus qu’à tenir ces engagements, à oublier tout ce que vous venez de lire et à repenser à votre projet dans quelques jours, lorsque ces actions auront été réalisées.

Je suis sûr qu’à ce moment-là, les petites phrases de résignation, d’impuissance et de dévalorisation, résonneront beaucoup moins fort dans votre tête.
Renouvelez le « traitement » deux ou trois fois, si nécessaire et faites-moi part de votre expérience en commentaire du post sur LinkedIn ! 💪

>